Le 29 octobre 2014, le World Wide Web Consortium (W3C), l’organisme en charge de la définition des standards du web, publiait sa recommandation sur la version 5 de l’HTML le passant ainsi au statut de standard. Bien que dans les faits cela ne change rien pour les utilisateurs, cette publication est un événement qui envoie un message fort à toute l’industrie du web.

Quoi de neuf ?

L’Hyper Text Markup Language aka HTML est le langage utilisé pour gérer la structure des pages web depuis les tous débuts du web dans les années 90. La révision 5 de HTML, en plus d’alléger les contraintes de déclaration, inclut de nombreuses nouveautés et améliorations :

  • Vidéo et audio peuvent désormais être lues nativement par les navigateurs sans besoin de composants tiers comme Flash d’Adobe ou SliverLight de Microsoft.
  • Des documents de différentes origines sont maintenant capables de communiquer entre eux.
  • La nature et le rôle des données présentes sur une page peuvent être renseignés en utilisant des balises sémantiques, facilitant de fait le travail des indexeurs de contenu.
  • Les applications disposent d’un espace de stockage sur le navigateur de l’utilisateur pour les données qui ne dépendent pas du serveur.

Bien entendu, il ne s’agit là que de quelques exemples. Les spécifications de l’HTML 5 portent sur un large panel de technologies et sont à mettre en relation avec d’autres outils comme le CSS et le JavaScript.

Une norme (presque) déjà implémentée

Afin de faciliter la publication de retours sur son travail et dans un souci de transparence, le W3C a mis en ligne au fil de l’eau toutes les étapes de développement de l’HTML 5 permettant aux éditeurs de logiciels de suivre le mouvement et de commencer son implémentation avant sa finalisation.

Depuis plus de 4 ans les navigateurs ont vu leur support de l’HTML 5 se compléter petit à petit et donc dans le même tant, le nombre de sites l’utilisant augmenter en conséquence. Bien qu’il ne soit toujours pas complètement supporté, aujourd’hui, plus d’une page web sur deux dans le monde est écrite en HTML 5. Parmi les sites qui s’appuient dessus on trouve Google, Facebook, Youtube, Yahoo ou encore le site de Microsoft.

Pas de repos pour les braves

Même si la version 5 du standard est maintenant officiellement publiée et terminée, hors de question pour le W3C de se reposer sur ses lauriers. Il reste encore beaucoup de travail à accomplir dans beaucoup de domaines pour arriver à un écosystème de technologies cohérent et complet. Des questions comme le support des écrans multiples, du Bluetooth, du NFC restent encore à traiter.

En attendant, les yeux de l’industrie sont déjà tournés vers l’HTML 5.1, la prochaine révision du standard.

Web standards for the future from W3C on Vimeo.